https://youtu.be/o0LDu6h5GLk

2018 Easter Message
by the Most Rev. Lionel Gendron, P.S.S.,
Bishop of Saint-Jean-Longueuil and
President of the Canadian Conference of Catholic Bishops

In Canada, the celebration of Easter, which coincides with the emergence of spring, is always filled with a sense of new life. As we begin to throw off our winter coats and boots, the days are becoming longer, the sun is getting warmer and new life abounds in the budding trees and the plants that are emerging from the ground.

But what is this new life that fills us with Easter joy? It is in fact new life rooted in the profound understanding that by the death and resurrection of Christ we have been reconciled with God. Whatever might separate us from God has been removed, destroyed, and by this reconciliation, we have gained freedom from the darkness of sin and death. We are free, able to throw off that which binds us so as to immerse ourselves in the all-encompassing embrace of our loving God.

But new Easter life asks more of us. Easter reminds us that while we celebrate our reconciliation with God, we are called to be reconciled with our brothers and sisters, in our families, our parishes, in our communities and in our world. We are called to share our Easter joy by making peace with our neighbour.

Pope Francis, in a homily to the people in Villavicencio, Columbia, said, “Every effort at peace without a sincere commitment to reconciliation is destined to fail.” He also said, “Reconciliation means opening a door to every person who has experienced the tragic reality of conflict.”[1]

Earlier this year, I was privileged to participate in the Holy Land Coordination with other Bishops from around the world. We encountered many young people whose lives have been profoundly affected by a conflict which they have inherited in spite of themselves. In our conversations with them, it became abundantly clear that they desire a new way of relating with one another. This was evident in the many initiatives that youth are engaging in to promote dialogue and bring justice, peace and reconciliation into their lives and the communities in which they live.

A perfect example of this was the meeting of two young members of the Parents Family Circle. They told us about their experience of how, in the aftermath of the killing of a Palestinian girl by an Israeli and the death of an Israeli girl by a Palestinian suicide bomber, the parents of the two dead young people had chosen not to hate each other. In turn, they taught their children not to hate and these two young members became great friends, living examples of what we mean by seeking reconciliation even in the midst of profound tragedy and loss. These families understood the tragic result of conflict, responded with love and established the Parents Family Circle. This is what being reconciled means.

Here in Canada we are keenly aware of our call to reconciliation with Indigenous Peoples. We acknowledge the need for such reconciliation as a first step, and are seeking ways to bring this about through listening and dialogue in organizations such as the Guadalupe Circle and the Canadian Catholic Aboriginal Council. This process will take time and requires faith, sincerity of heart and commitment to lasting peace.

We live in a world that is too often marked by division. There is a readiness to vilify the “other” and to be suspicious of the “stranger”. We are called to recognize our common humanity, that we are all brothers and sisters created in the image of God.

Having been reconciled with God through the death and resurrection of Christ, we are called to seek reconciliation with others. This peace will be a mark of true Easter joy!

+Lionel Gendron, P.S.S.
Bishop of Saint-Jean-Longueuil and

President of the Canadian Conference
of Catholic Bishops

 Easter 2018


https://youtu.be/EMYWk3O5obI

Message de Pâques 2018
de Mgr Lionel Gendron, P.S.S.,
évêque de Saint-Jean-Longueuil et
président de la Conférence des évêques catholiques du Canada

Au Canada, la célébration de Pâques, qui coïncide avec l’arrivée du printemps, est toujours remplie d’un sentiment de vie nouvelle. Alors que nous commençons à nous défaire de nos manteaux d’hiver et de nos bottes, les jours rallongent, le soleil devient plus chaud et la vie nouvelle abonde avec les arbres qui bourgeonnent et les plantes qui commencent à pousser.

Mais qu’est au juste la vie nouvelle qui nous remplit de la joie pascale? En fait, c’est une vie nouvelle enracinée profondément dans l’expérience de notre réconciliation avec Dieu par la mort et la résurrection du Christ. Tout ce qui pouvait nous séparer de Dieu a été enlevé, détruit, et par cette réconciliation, nous avons obtenu la libération des ténèbres du péché et de la mort. Nous sommes libérés, capables de rejeter ce qui nous rend esclaves afin de nous plonger dans l’étreinte d’amour universel de notre Dieu.

Mais la vie nouvelle pascale nous demande davantage. Pâques nous rappelle qu’alors même que nous célébrons notre réconciliation avec Dieu, nous sommes appelés à nous réconcilier avec nos frères et sœurs, dans nos familles, dans nos paroisses, dans nos communautés et dans le monde. Nous sommes appelés à partager notre joie pascale en faisant la paix avec notre prochain.

Le pape François, dans une homélie à la population de Villavicencio, en Colombie, a dit : « Tout effort de paix sans un engagement sincère de réconciliation sera toujours voué à l’échec. » Il a ajouté : « Se réconcilier, c’est ouvrir une porte à toutes les personnes et à chaque personne, qui ont vécu la réalité dramatique du conflit[1]. »

Plus tôt cette année, j’ai eu le privilège de participer à la Coordination de la Terre Sainte avec d’autres évêques du monde entier.  Nous avons rencontré beaucoup de jeunes dont la vie est durement marquée par un conflit dont ils ont hérité malgré eux. Pendant nos conversations avec eux, il est apparu très clairement que ces jeunes désirent un nouveau genre de relations les uns avec les autres. Cela est évident dans les nombreuses initiatives dans lesquelles les jeunes s’engagent pour promouvoir le dialogue et établir la justice, la paix et la réconciliation dans leur vie et dans les communautés au milieu desquelles ils vivent.

Un parfait exemple fut la rencontre de deux jeunes membres d’un groupe appelé « Cercle parents-famille ». Ils nous ont raconté leur expérience, comment à la suite du meurtre d’une jeune palestinienne par un Israélien et de la mort d’une jeune israélienne lors d’un attentat-suicide à la bombe par un palestinien, les parents des familles des deux jeunes tuées ont choisi de ne pas se haïr les uns les autres. Ensuite ils ont appris à leurs enfants à ne pas se haïr et ces deux jeunes sont devenus de grands amis, des exemples vivants de ce que nous voulons dire par la volonté de réconciliation même au milieu d’une tragédie et d’un deuil profonds. Les familles ont compris la conséquence tragique des conflits, ont répondu avec amour et ont lancé le Cercle parents-familles. Voilà ce que c’est que la réconciliation.

Ici au Canada, nous sommes vivement conscients de l’appel à nous réconcilier avec les peuples autochtones. Nous reconnaissons le besoin de cette réconciliation comme première étape, et nous cherchons des moyens pour la réaliser par l’écoute et le dialogue dans des organismes comme le Cercle Notre-Dame-de-Guadalupe et le Conseil autochtone. Ce processus sera long et il exige foi, sincérité du cœur et engagement pour une paix durable.

Nous vivons dans un monde trop souvent marqué par les divisions. On a tendance à dénigrer l’« autre » et à nourrir des soupçons contre l’« étranger ». Nous sommes appelés à reconnaitre notre humanité commune, à reconnaitre que nous sommes tous frères et sœurs créés à l’image de Dieu.

Une fois réconciliés avec Dieu par la mort et la résurrection du Christ, nous sommes appelés à chercher la réconciliation avec les autres. La paix entre nous sera un signe de la véritable joie pascale!

+Lionel Gendron, P.S.S.
Évêque de Saint-Jean-Longueuil et
Président de la Conférence des évêques
catholiques du Canada

Pâques 2018